Tiny houses et construction bois

Être fabricant de tiny houses, c'est naturel quand on est constructeur de maisons en bois

Jean-Daniel Blanchet est « charpentier, constructeur de maisons en bois » et le bois, c'est la matière première de l'entreprise. Quand il n'est pas scié sur place, le bois est acheté en grumes*, en circuit court à moins de 30 kilomètres de la scierie où il est débité en planches. Provenance des bois, sélection, stockage, mise en œuvre : parlons « bois » avec lui...

Comment est-ce qu'on choisit le bon bois pour une Tiny House ?

Jean-Daniel Blanchet : Les bois sont choisis en fonction de 4 principaux critères :

  1. leur durabilité
  2. leur résistance
  3. leurs propriétés mécaniques
  4. et leur poids, car c'est un paramètre très important pour une maison déplaçable, pour respecter les gabarits routiers notamment.

Et enfin, c'est aussi fonction de l'esthétique. Ça fait 5 critères de base pour les essences de bois, mais après, c'est aussi du cas par cas dans le choix des arbres.

Combien d'essences de bois dans une Tiny House Penty Cosy ?

On peut en trouver jusqu'à 15, je dirais. Mais ça dépend aussi des opportunitésPar principe, on joue sur des essences variées. Séquoia, hêtre, châtaignier, noyer, if, etc. parce que chaque essence a son rôle à jouer.

Il y a des essences de bois pour l'extérieur et d'autres pour l'intérieur ?

Oui, et ça va plus loin que ça. Par exemple on emploie le Cyprès pour l'ossature, le Thuja Plicata (Tuya) en bardage, l'Aulne et le Peuplier pour le lambris. Et le solivage de la mezzanine est en Séquoia, l'ameublement et les plans de travail en Douglas, Cyprès de Lawson et Thuja. On avait du Noyer noir, du coup notre dernière table, là, est en Noyer noir et en Frêne. Les échelles sont souvent en Peuplier. Ici, on a du Hêtre chauffé et de l'If pour les étagères.

C'est quand même plus compliqué de gérer toutes ces essences de bois ?

Non, je suis charpentier, constructeur de maisons bois... et scieur! On a une scierie et des lieux de stockage. Ça nous permet d'être ouverts à pleins d'essences de bois et d'arbres qui sont refusés dans les process industriels. Nos Tiny Houses ne sont pas standard, il n'y en a pas deux pareilles !

Et le Thuja Plicata, par exemple, c'est le Red Cedar breton ! Il en a les mêmes qualité, un peu plus noueux, mais la durabilité est la même. Et quand on voit toutes ces haies de Thuja et de Cyprès qui ont été plantées partout par chez nous : nous, on les valorise.

Et du bois naturel, non traité, ça dure moins longtemps ?

Non. Et aucun de nos bois mis en œuvre n'est traité.

Il n'y a pas d’intérêt de traiter le bois car c'est du bois qui est naturellement en classe 3 ou 4 pour ce qui est de l'extérieur. Il est déjà résistant à l'extérieur sans traitement. Ce qu'on appelle « les classes de service », c'est le classement des essences en fonction de leur utilisation extérieure ou intérieure, horizontale ou verticale, etc. (C'est un domaine qui fait l'objet de normes, vous pouvez en savoir plus sur les classes de bois ici : Comité National pour le Développement du Bois) Et le bois qui a une durabilité naturelle n'a pas besoin de traitement.

Le traitement est appelé « durabilité conférée ». Nous c'est naturellement et sans traitement. Pourquoi on irait polluer notre habitat et notre atmosphère quotidienne avec ces traitements ?

Quels sont les autres critères pour la durabilité d'un bois ?

La durabilité d'un bois en extérieur va dépendre de son stockage. Si vous mettez du bois au sol en contact avec la terre, il ne va pas durer. Par contre un bois bien ventilé et bien stocké va pouvoir rester là des dizaines et des dizaines d'années sans souci. Ici, on est responsable du stockage avant et après le sciage, alors, on peut garantir la qualité et la traçabilité des bois.

Dans une Tiny House en bois, on va retrouver les mêmes principes de stockage, si on veut. Ici, il y a une lame d'air derrière le bardage, c'est surélevé du sol, sans contact. Du coup la durabilité de ces petites maisons là, c'est des dizaines d'années. Comme ces maisons américaines qui ont plus de 300 ans ! Je ne vois pas pourquoi nos maisons ne dureraient pas quelques dizaines d'années, on les vend pour ça, pas pour des produits de consommation à court terme.

On construit des mini-maisons jolies et rustiques, et rustique, ce n'est pas le synonyme de campagnard ou mal dégrossi, hein ! Rustique, en écologie et en agriculture, ça veut dire qui ne craint pas les intempéries et qui est robuste et résistant.

Vous pouvez nous parler de quelques essences ?

Le peuplier. Pour moi, c'est le côté esthétique, la facilité de sciage et de rabotage. C'est un bois d'intérieur, tendre, classe 1 et c'est beau. Il est très clair avec un veinage agréable à l'oeil et au toucher. Et surtout dans nos Tiny Houses c'est un bois ultra léger.

Le Tuya pour la légèreté et la beauté. C'est un très très joli bois un peu rosé. L'avantage aussi c'est que cette essence a un grain vraiment très fin, facile à travailler, très tendre à scier aussi, et puis c'est un séchage naturel très rapide. Pour moi c'est vraiment l'aspect légèreté, esthétique, qualité du grain après ponçage et huile de lin.

 

(*) Une grume, c'est un tronc d'arbre sans ses branches

L'Atelier Bois d'Ici à Langolen :

Jean-Daniel Blanchet

"Bioconstructeur de maisons bois depuis 7 ans, je me suis intéressé au micro-habitat grâce à la demande d'un hébergeur de loisirs qui souhaitait  une chambre en bois pour deux personnes, confortable, isolée, esthétique et transportable. Après une dizaine d'exemplaires réalisés, dont un dans mon jardin qui sert de chambre d'amis, je me suis rendu compte que c'était un peu juste pour "y vivre"...
J'ai donc conçu ma mini-maison comme la grande : même forme bioclimatique, même idée d'aménagement, mais en tout petit !
Le Penty Cosy est donc né, après deux ans de gestation...
"Penty", en breton, signifie littéralement "le bout de la maison".
Dans la vie privée comme pour mon entreprise, je privilégie les ressources locales, ce qui m'a naturellement amené à faire de même pour la construction de ma mini-maison."